I ♥ Phaune Radio

Phaune Radio homepage

Je n’écoute plus la radio. Tsé bien, celle qui diffuse encore sur les ondes. Enfin, je l’écoute, parfois, quand je loue une camionnette pour déménager. C’est te dire que c’est pas si souvent, je suis développeur, pas déménageur. Bref, je ne l’écoute pas en ligne non plus. Ça m’arrive d’écouter un podcast, quand on m’envoie un lien, mais je ne me branche pas toutes les semaines ou tous les jours sur les chaînes nationales ou régionales ou internationales. Pourtant, elles sont toutes, là, sur le oueb, en streaming ou podcast… Bien non. Je n’écoute pas. Et le principal problème, je crois, c’est le format. Coupure pub, jingle, nouvelles du monde, annonce de programme, voix radiophonique du présentateur,… tout ressemble trop à un média. C’est formaté. Même si tu changes la sauce, on dirait que l’emballage est produit en série.

C’est vache ce que je viens de dire. Je n’écoute pas généralement, donc je ne peux vraiment pas faire de généralité. Mais j’ai pas la patience de me brancher sur un programme à une certaine heure pour pas louper une émission que j’aimerais bien. Je n’ai pas non plus la patience de trouver un podcast dont j’aimerais entendre les enregistrements chaque semaine. J’ai bien essayé, il y a de très bons programmes sur certaines chaînes. Mais je n’ai pas les bons outils ou juste pas la motivation.

Sauf…, sauf depuis qu’on m’a branché sur LeDjamRadio. Ça c’est pour moi de la radio. Je peux écouter à n’importe quelle heure, le programme me plaît dans 90% des cas. Il n’y a pas de pub (ou presque, une fois par jour max), il n’y a pas de présentateur à la voix suave, pas de jingle rrrrrrépépépétititif qui te bombe l’oreille et la musique est un bon mix entre originalité, diversité et classiques revisités. Bref, c’est idéal pour bosser.

Bon, après deux ans d’écoute intensive et de partage − ouais, je suis boulimique − je me suis quand même un peu lassé. J’y ai piqué beaucoup de titres pour ma chronique “Cover Tuesday” (je leur dois bien cet aveu). Mais j’aime pas non plus la nouvelle interface où il faut t’inscrire avec ton mail et tout. Ça casse le rythme.

C’est là que mon dealer qui s’ignore a posté un lien vers Phaune Radio, la radio smart. Et là, c’est le bonheur à nouveau. Un vent de fraîcheur dans mes pavillons, un tour d’oreille bien nécessaire et une visite en “mouvement perpétuel d’un cabinet de curiosités sonores”. Bref, ne cherche plus, branche-toi. C’est bon.

phauneradio.com

Ma collection de portables timbrés

Instagram de laptops avec autocollants

Dans tous les brols que je peux alimenter sur le web, il y a entre autre, ce compte Instagram, démarré à Leipzig il y a un peu plus d’un an. J’y collectionne, au gré de mes balades, des couvertures de portables couverts d’autocollants, une pratique assez répandues chez les bidouilleurs informatiques.

On a déjà comparé le mien à une planche de skateboard. J’y vois surtout l’envie de personnaliser un objet de masse dont la couleur dévie rarement de la palette chatoyante d’un ciel du plat pays. C’est peut-être aussi une forme de tatouage tribal, de rite de démystification de la machine, ou le besoin d’apposer son tag, sa marque, celle de ses chouchous, de balancer un slogan et d’y donner une plastique qui peut-être découragerait un voleur.

Un grand doigt dans l’oeil d’Instagram, royaume de la jolie photo, pour m’avoir obligé à créer un compte alors que je voulais juste accéder à ses données.

Et comme le dit Wily:

“moDernisT” et le fantôme du MP3

moDernisT

moDernisT” a été créé en récupérant les sons et images perdus lors de la compression en mp3 et mp4. La bande sonore est composée par Ryan Maguire à partir des pertes dues à la compression du morceau “Tom’s Diner”, de Suzanne Vega. Ce morceau n’a pas été choisi par hasard puisqu’on appellera plus tard son interprète “la mère du mp3“. En effet, Karlheinz Brandenburg, l’inventeur du mp3, a utilisé ce morceau comme référence pour paramétrer son algorithme.

La vidéo a été réalisée selon le même principe par Takahiro Suzuki en réponse à la piste audio, mais à partir des pertes d’image du clip en compression mp4. Les deux fonctionnant donc comme des “fantômes” de leur versions originales compressées.

Les petit(e)s malin(e)s auront noté que la version présentée dans ce clip Vimeo est compressée également. C’est pourquoi Ryan Maguire propose d’acheter le morceau non-compressé au prix que tu veux.

The Ghost in the MP3

Merci à Vinz pour la découverte.

Dessiner contre une fourmi

fourmi-dessin

Un petit jeu de dessin avec l’aide involontaire d’une fourmi. J’ai tendance à penser que c’est un petit peu cruel, mais en même temps mon esprit pétille à cette possibilité créative.

Quando il limite è soltanto una questione mentale :)

Posted by Blogo on Saturday, June 27, 2015

Si la vidéo ne s’affiche pas, le lien vers la video est ici.

Via Milady Renoir.

Constant V (Venster/Vitrine)

Ami Bruxellois, ne loupe pas l’occasion ce vendredi jeudi (18/06/2015) d’aller voir la vitrine de Constant. Tu y seras bien reçu et tu pourras même y boire un verre. De plus, c’est juste à côté du Verschueren, si jamais ta soif était trop grande.

Constant V - uHbench

Je t’invite à y aller, pour découvrir Constant et pour y pêcher un petit manuel afin de construire toi-même un banc public à partir d’une palette. Tu pourras même t’essayer à la fabrication puisque du matériel sera prévu sur place.

L’atelier sera chapeauté par la main experte de Barbara Janssens.

Constant V (Venster/Vitrine) est une série d’exposition dans la vitrine de Constant. Les objets, les dessins, les vidéos, les installations et les expériences exposés sont sous licence libres ou ils ont été créés en utilisant des logiciels libres.

Constant V (Venster/Vitrine) is een reek tentoonstellingen in de vitrine van Constant, De kunstwerken variëren van Open Source objecten tot video, design, en artistieke experimenten met vrije software.

Constant V : uHbench
Expo: 18 – 28 juni/ juin 2015
Perfo + drink: 18 juni /juin 2015
CONSTANT, RUE DU FORT 5, SAINT-GILLES

T’as vu où vont les touristes

Bruxelles
Bruxelles

Eric Fischer s’est amusé à reprendre toutes les données de géolocalisation des photos de touristes postées sur Flickr et à tracer les trajets de ces visiteurs “anonymes” sur une carte mondiale. Du coup, d’étranges diagrammes retracent ces lieux, comme si on avait mécaniquement marqué au stylo bille ces passages obligés.

Barcelona
Barcelona

The Geotaggers' World Atlas #1: New York
New York

La carte interactive est visible ci-dessous ou à cette adresse.

Source: La Boîte Verte

Il y a de la poésie dans un sèche-cheveux

En plein vol

Je vais encore piquer un lien à Prosthetic Knowledge, ce terrible blog d’art et de nouvelles technologies dont on se demande où ils vont chercher tout ça.

Ici, il s’agit d’un projet d’installation de Blizzard Concept, qui apparemment n’en est pas à son premier essai avec les sèche-cheveux.

Ce projet allie magie nouvelle et arts plastiques ; burlesque / insolite et poésie légère. Boucles sans fin, trajectoires aléatoires, lévitations, etc ; nous nous trouvons face à des actions sur lesquelles nous n’avons pas de prise mais qui, par elles-même, touchent au but. Et l’irréalisable, l’invraisemblable de certaines pièces nous pousse doucement vers la rêverie.