Conversation avec ma banquière

Aujourd’hui, j’ai appelé ma banque pour un problème de carte. Une fois le problème réglé, j’ai eu droit, comme toujours, au petit speech promo sur le dernier produit qui pourrait m’intéresser. Ça s’est déroulé à peu près comme ceci:

− Seriez-vous intéressé par installer l’application EasyBanking pour smartphone et tablette?

− Non merci, ça ne m’intéresse pas.

− Vous savez que vous pouvez faire toutes vos transactions via l’application et ce de manière complètement sécurisée.

− Merci, mais je fais plus confiance à mon ordinateur pour la sécurité de mes données qu’à mon téléphone. Un téléphone, ça se perd facilement.

− L’application est protégée par mot de passe et si vous fermez l’application, il faut le mot de passe pour la réouvrir.

− Merci, mais ça ne m’intéresse pas.

− Vous êtes sûr que vous ne voulez pas essayer, c’est très pratique.

( Comme elle insiste, je me dis que ça va être peut-être intéressant de faire pivoter la conversation. )

− Pouvez-vous me dire quelles sont les permissions demandées par l’application lors de son installation?

− L’application permet uniquement de faire des transferts entre vos comptes personnels ou vers d’autres comptes préalablement sauvegardés. Il n’est donc pas possible de faire des transactions vers des comptes inconnus.

− Non, je vous demandais quelles sont les droits de l’application sur les données de mon téléphone. Là, je suis sur Android et quand j’installe un programme, il demande l’accès à certaines fonctionnalités…

( J’en profite pour regarder en même temps sur le Google Play store et continue. )

− Je vois que l’application demande l’accès aux coordonnées GPS, l’accès aux photos, médias et fichiers, la possibilité de faire des appels téléphoniques et l’accès à la caméra du téléphone. Vous trouvez normal que l’application demande toutes ces permissions?

− Ha, vous avez déjà installé l’application?

− Non, j’ai obtenu ces informations à partir du Google Play et je vous demande  surtout si vous trouvez ça nécessaire que la banque sache constamment où vous vous trouvez et puisse accéder à vos photos?

− Bin, c’est comme avec l’application Facebook.

− Peut-être, mais pourquoi la banque aurait-elle besoin de ces informations?

− Je n’en ai aucune idée.

− Cela ne vous dérange pas que la banque puisse activer la caméra de votre téléphone sans que vous le sachiez?

(Elle hésite.)

−  Je comprends. Vous n’êtes donc pas intéressé par essayer l’application?

− Pour toutes ces raisons, non merci.


Also published on Medium.

One thought on “Conversation avec ma banquière”

Comments are closed.