Belgacom a effacé l’internet wallon

internet-wallon

C’est fait. Depuis une semaine, un pan de l’histoire de l’internet belge vient d’être définitivement effacé. Et par bêtise − excusez-moi l’expression −, on vient de perdre un morceau d’histoire de la Belgique.

Petit historique (retrouvé entre autre grâce à ce site). En 1998, Louis Michel annonce en grande pompe la création de ce qu’il appelle l’Internet Wallon (WIN) et surtout l’accès à internet gratuit pour tous ses citoyens grâce à SwinG. Le but était de permettre d’accélérer l’entrée de la Wallonie dans l’économie numérique. Je m’en souviens bien. Pour le jeune étudiant en infographie que j’étais, ce fût ma première connexion à la maison et surtout l’opportunité de m’essayer à la création de mon premier site web grâce à l’espace de stockage gratuit offert avec l’abonnement. Quelle révolution. Oui, mais…

En 2001, le projet ambitieux de Monsieur Michel et de la Région Wallonne capote et la société WIN est revendue à Belgacom qui promet de continuer d’assurer le service pour les professionnels, mais plus pour les particuliers (Swing). De mon côté, ayant quitté le giron familial, j’avais emporté Internet avec moi et également changé d’opérateur pour des questions de monopole et de haut débit. J’abandonnais ainsi sans trop le savoir l’accès à mon espace web gratuit. Et c’est souvent, avec un peu de honte je l’admets, que je revenais voir cette œuvre de jeunesse.

De temps en temps également, au gré d’une recherche sur le net, je tombais sur ces merveilleuses pages d’histoire aux adresses commençant par http://users.swing.be/. Bon nombre de mes concitoyens ont usé leurs yeux sur du code html et fabriqué à la main, ligne par ligne, qui sa page présentant son association locale, qui les pages de ses activités professionnelles ou même parfois des sites très complets sur l’une ou l’autre passion. Pour nombre d’internautes wallons de la première heure, users.swing.be était effectivement leur porte d’entrée dans la culture du net. Et par négligence ou manque d’intérêt, Belgacom vient de tout foutre à la poubelle numérique.

Nous n’avons pas en Belgique de service comme Archive.org, qui tente tant bien que mal, de conserver une archive du web mondial. Et de toute façon, ce n’est pas un boulot qu’il faut leur laisser faire seul (mais ça c’est un autre débat). Aussi, si chacun des utilisateurs de SwinG n’a pas pris la peine de faire une copie de son site, le voilà perdu à jamais. C’est en partie mon cas. N’ayant plus mes accès, je n’ai pu récupérer que ce que le serveur voulait encore bien afficher. J’ai bien écrit au support Belgacom il y a quelques années à ce sujet, mais sans réponse.

Pourquoi je vous parle de tout ça aujourd’hui ? Parce que j’ai été contacté par un ami touareg qui ne comprenait plus pourquoi, depuis une semaine, son site était inaccessible. Souéloum habite en Belgique et en 2000, aidé par un ami belge, il entreprend de publier sur users.swing.be/swelum ses textes, les histoires et les proverbes de son peuple. C’est l’un des tout premier site web Touareg au monde. Ce site, dont, avec le temps, il a lui aussi perdu les accès, devient une référence pour qui s’intéresse à la culture de ces nomades de tradition orale. Ses textes sont analysés par des linguistes, des poètes,… et sont surtout la tentative d’un seul homme de communiquer et enregistrer une culture de plus en plus menacée. Ce site est aujourd’hui effacé.

En 2013, Belgacom n’a pas jugé bon de conserver un nom de domaine comme swing.be provoquant une grosse pagaille et la panique chez tous ceux qui utilisaient encore une adresse mail finissant par @swing.be. Et là où tout le monde à vu l’effet immédiat de cette bévue avec les emails, personne n’a pensé que cela provoquerait aussi la perte de ces milliers de sites web, toute l’histoire de notre Internet Wallon.

Septembre 2014, l’effacement est définitif. Belgacom n’offre plus aucune solution pour récupérer quelque donnée.

S’il n’y avait qu’un seul espoir, c’est que comme Yahoo! le fit pour les millions de sites de Geocities, Belgacom mette à disposition, pour un temps, une archive complète de users.swing.be disponible au téléchargement afin que des citoyens concernés et soucieux de leur histoire puissent reconstruire ce pan du web. Je suis sûr qu’il y a un paquet d’âmes bénévoles prêtes à mettre à disposition ressources ou serveurs pour faire vivre ce projet. Le nom de domaine swing.re est encore disponible.

4 thoughts on “Belgacom a effacé l’internet wallon”

    1. Oui, par chance, les écrits de Souélum sont disponibles sur la Wayback Machine, sans doute grâce à la popularité de son site. Mais quid de tous les autres ?

Comments are closed.